Murailles Cachées

 

Côté Est, le Castellas est construit sur de vertigineuses falaises comme nous l'avons vu lors de la visite du site:

Les falaises vues depuis le Mont Lansac et une vue rapprochée sur le Castellas


Toute agression de la place par cette face semble vraiment illusoire, personne ne pouvant se risquer à escalader pareille muraille sous une pluie de projectiles divers que ne manqueraient pas de jeter les occupants du lieu.

La face Ouest, par contre, semble plus propice à une attaque avec sa pente douce et ses bois permettant une avancée discrète à couvert:

Le Castellas depuis la plaine de Navacelles un petit matin de Décembre

 

Que l'on regarde le Castellas depuis le Sud:

Vue depuis le col du Bourricot avec le Mont        Lozère enneigé au fond.

 

Une vue rapprochée depuis le chemin du col ☞ 


          .... ou que notre regard se porte sur lui depuis le Serre Redon au Nord:

On a réellement l'impression que l'accès à la forteresse est des plus facile, la présence de la gaîte et des merlons sur cette face de la tour confirme l'inquiétude des occupants vis à vis d'une attaque surprise venant de cette direction.

Toutefois la végétation actuelle, livrée à elle même, nous cache bien des détails du lieu. Les euses et les blacas n'étaient pas aussi nombreux et serrés au moyen age, tout particulièrement auprès des constructions, le bois étant le seul combustible utilisé aussi bien pour le chauffage que pour l'industrie verrière particulièrement abondante dans la région.

En y regardant de plus près, ce manteau végétal nous cache un sentier millénaire qui, parti de la route Navacelles - Brouzet, gravit tout d'abord le flanc du Serre Redon puis longe, presque à l'horizontale et à une centaine de mètre de celle-ci, la crête qui porte le Castellas pour aboutir au cœur du village:

 

 

 

 

Le sentier noyé dans la végétation.


 

 

Nous avons à faire à une voie carrossable établie pour être utilisée par des chars à bœufs, construite sur un magnifique mur de soutien en pierres sèches côté pente, pour maintenir une largeur constante la roche à été taillée en maints endroits:

Le mur de soutien 

En venant du Serre Redon, la couverture végétale laissait à penser que l'accès au Castellas se faisait en pente douce de ce côté, qu'elle n'est pas la surprise en s'avançant sur le sentier, au droit du château, de constater que le chemin passe au pieds d'une falaise verticale, d'une bonne dizaine de mètres, rendant toute attaque impossible et exposant l'agresseur éventuel à des projections de toutes formes depuis la plateforme sommitale:

Impossible de se dérober aux projections depuis le haut de la falaise.

Afin de rendre cette face encore plus inaccessible et faciliter les manœuvres de défense des occupants du Castellas, le sommet de la falaise a été couronné de murailles:

                        

 

 

 

 

☝☟ Murailles couronnant la falaise ☞      

 

 

 

 

 

 

 

                 

Certaines de ces constructions descendent même jusqu'au pieds de la falaise pour combler la moindre faille qui aurait pu faciliter l'accès des assaillants:

Bien qu'utilisant un appareil plus grossièrement taillé que celui utilisé pour la construction des tours du Castellas, ces murailles sont soignées et l'on mesure la difficulté qu'a dû représenter leur édification dans de tels endroits.
Si dans l'ensemble on constate une belle homogénéité de ces divers ouvrages laissant à penser qu'ils ont été édifiés lors d'une même campagne de construction, quelques parties ont dû subir des destructions et un relèvement en utilisant des techniques différentes:

Quelques rangs en "Opus Spicatum"

Après avoir ainsi longé les défenses du château, le chemin débouche enfin dans le village:

ou du moins ce qu'il en reste car les bartas et le lierre finissent d'étouffer des maisons à l'équilibre devenu très précaire:
     

Ce sentier, aujourd'hui abandonnée au profit des larges accès DFCI, mérite une réhabilitation et de figurer sur un trajet de randonnée pédestre.
Une action de débroussaillage et de suppression de la végétation qui cache la falaise et les murailles qui la couronnent serait judicieuse, espérons que la venue de nombreux bénévoles lors des journées travaux programmées cette année nous permettra de mener à bien un tel ouvrage.

euses: chênes verts
blacas: chênes blancs à feuilles caducques
bartas: buissons, ronces